Reprise officielle chez DARQUER sous une nouvelle entité en lieu et place de MyDesseilles et Noyon

Reprise officielle chez DARQUER sous une nouvelle entité en lieu et place de MyDesseilles et Noyon

Classé dans : Actualités | 0

Priscilla Vandeville – 02 octobre 2019 pour RADIO 6

 

Depuis mardi, le groupe Cochez a repris officiellement les dentelliers calaisiens Noyon et MyDesseilles sous l’entité Darquer.

 

La priorité est à la reconquête commerciale pour relancer la production.

Les personnels repris des deux entreprises ont été réunis lundi après-midi chacun sur leur site pour présenter les objectifs et l’organisation de cette nouvelle société.

 

Les opérations de transfert ont débuté hier (mardi) entre le site de Desseilles zone Marcel Doret et celui de Noyon en centre-ville, et s’étaleront sur plusieurs semaines. Tout le parc des machines Leavers reste sur le site de Desseilles, le Jacquard n’est pas repris. Quant aux salariés de chez Desseilles, ils rejoindront ceux de Noyon rue des Salines dans les jours prochains.

 

Chez Desseilles, on se dit « plutôt rassuré ». Les salariés qui estiment globalement que « la nouvelle direction a bien conscience que ce n’est pas facile pour les salariés, pour qui, il faut faire le deuil de Desseilles et Noyon ».

 

Darker a choisi de se positionner sur le créneau du luxe et la robe de mariée pour remplir ses carnets de commande et relancer la production. « Je suis confiant car je crois en mes salariés » nous a confié Pascal Cochez, l’industriel valenciennois repreneur des dentelliers et nouveau président de la société Darquer.

 

Rappelons que seuls 15 salariés de Desseilles intègrent cette nouvelle entreprise et 78 chez Noyon. Les autres sont licenciés, les premières lettres (de licenciement) sont déjà parvenues chez certains d’entre eux.

 

Quant aux salariés « protégés » (représentants du personnel, ceux ayant une fonction syndicale), ils attendent leur entretien préalable au licenciement, puis la convocation devant l’inspectrice du travail qui rendra ou non un avis favorable à leur licenciement.

 

Priscilla Vandeville – 02 octobre 2019 pour RADIO 6